L'équipe

November 07, 2019

Guillaume Gaulis 

(Le Taulier )

Une histoire de passion...
Étant fan de mécanique depuis ma tendre enfance grâce à mon père, collectionneur invétéré d'automobiles anciennes, j'ai grandi dans un univers propice à la mécanique, traînant dans des garages spécialisés où il n'était pas rare de reconstruire intégralement des bolides tout en gardant leurs aspect d'origine, leurs usures du temps ainsi que leurs patines, que vous avez le plaisir de retrouver sur nos montres.
Après un échec scolaire indéniable au collège, j'ai eu la chance de découvrir ce véritable "métier passion" et de rentrer en formation en sortie de 3ème dans le lycée technique Diderot situé a Paris, où je fus, pour mon plus grand plaisir, remarqué par la Manufacture Rolex, qui m'enseigna entre autres l'art d'entretenir leurs précieux garde temps, durant les 4 années de ma formation.
Un Brevet des Métiers d'Art en poche ainsi qu'une formation extrêmement enrichissante chez "Watch time is it ?", un projet me trottais dans la tête ... et pourquoi pas ouvrir mon propre atelier ?
C'est encore pour un projet complètement fou d'un bus anglais, que je me suis retrouvé avec mon père dans les marchés aux Puces de Saint-Ouen, dont je suis tombé amoureux en un instant.
C'est ce coté vintage qui se retrouvait à tous les coins de rues où je posais les yeux qui à conquis mon cœur !
Ma décision était prise, c'est ici que j'ouvrirai mon atelier d'horlogerie ! 
Et c'est ainsi que l'aventure commença...

Thomas Lamerenx 

(le Jus de Couilles )

Une enfance manuelle

Depuis ma tendre enfance, j'ai toujours aimé faire quelque chose de mes mains : bricoler avec mon père pendant les week-ends, me fabriquer des enclos à escargots pour les apprivoiser et créer une colonie, réparer mon vélo quand j'avais trop fait le fou avec mes amis à traverser les champs pour être le plus rapide, démonter tous mes jouets (et autres machines invraisemblables) afin de comprendre comment ça marchait...

J'ai toujours suivi un parcours scolaire classique, mais c'est réellement en début d'année de terminale S-SI (science de l'ingénieur) que je me suis rendu compte que je ne voulais absolument pas suivre le chemin de mon frère et faire une prépa, puis une école d'ingénieur, afin de terminer devant un ordinateur toute la journée. Je me suis donc cherché un métier manuel, qui était un mélange de mécanique et d'art. Ça à été facile : l'horlogerie étant au paroxysme des deux, combinant micro-mécanique et domaines artistiques, ce fut le choix idéal.

 

L'horlogerie, une évidence...

Je me suis donc énormément renseigné afin de faire une réorientation pour partir en CAP horlogerie, puis faire un Bac Professionnel (BMA horlogerie).

J'ai donc fait les portes ouvertes de plusieurs lycées qui proposaient le CAP et BMA, et c'est l'école de Rennes, le lycée professionnel Jean-Jaurès qui m'a émerveillé. Après une journée découverte dans un célèbre atelier de restauration Aixois, où j'ai pu démonter, nettoyer, remonter et lubrifier une montre de poche, où j'ai découvert la pratique de l'horlogerie, que je savais quel métier je voulais faire. La genèse de la passion horlogère était née!le.

Durant mes deux années de formation, j'ai pu tester mes connaissances et mes capacités dans des concours. Vous avez devant vous l'un des meilleur apprenti de France (médaille de bronze) et la médaille d'argent aux olympiades des métiers !

 Nombreux sont les stages durant l'année. C'est lors de mon dernier stage que nos destins se sont croisés avec Guillaume : j'ai effectué 6 semaines de stage dans son atelier, et c'est à la fin qu'il a pris la décision de m'embaucher à la fin de mon année scolaire, uniquement si j'avais mon BMA avec mention. Vous vous doutez bien que je l'ai eu sans trop de problèmes...

 "Encore une journée où je vais démonter des montres : yay, trop cool !"

Cela fait maintenant presque deux ans que nous travaillons ensemble avec Guillaume, qui m'apprend chaque jours les ficelles du métier et qui m'aiguille dans l'art d'être horloger ; ce métier qui me fait rêver et vibrer chaque jour. L'horlogerie est pour moi plus qu'un métier, c'est une passion.




Also in News

A propos de nous
A propos de nous

December 17, 2019

Read More